Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un Petit Morceau De L'auteur..

  • : Les Aventures Rocambolesques de Manou en Suisse
  • : Quitter son pays natal pour aller vivre ailleurs, découvrir de nouveaux pays, de nouveaux horizons, voilà l'aventure dans laquelle je me suis lancée il y a maintenant 6 ans...
  • Contact

Découvrir Plus En Profondeur..

26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 00:00

P1080161Quand les gens  apprennent que je viens du Québec (généralement, dès que j’ouvre la bouche pour parler…), l’une des choses dont on me parle le plus souvent, hormis ma « cabane au Canada », la chasse aux ours et les « tabarnak », c’est le froid quasi polaire que l’on connait chez nous. C’est vrai que la neige et les températures de -25°, ça impressionne vachement les européens ! Avec leurs petits 0°, voir -5° et leurs 10 cm de neige par hiver au total (avec de très rares accumulations), il est clair que nos températures extrêmes, variant sur l’année entre 30 ° et -25°, apparaissent pour eux comme ce que l’on pourrait rencontrer comme températures au pôle nord (je ne parle pas des -40° parce que je n’ai jamais habité dans le nord du Québec et que je ne compte pas le facteur vent ou humidité, mais que la température affichée) ! Du coup, on n’est pas loin des iglous et des trous dans la glace pour pêcher… la question de quelques milliers de km entre Montréal et le Grand Nord n’est bien sûr, qu’un très léger détail vu que ça fait partie du même pays !

En même temps, on ne peut pas leur en vouloir de cette vision assez réductrice des conditions climatiques du Québec puisque tant qu’on n’y a pas vécu, il est difficile de comprendre le mode de vie qui est le nôtre face à ce froid hivernal. Et puis, il y a quand même quelque chose de féérique et qui frappe l’imaginaire dans nos paysages couverts de neige ! D’un autre côté, tout à l’inverse, ne faisons nous pas la même erreur quand on traverse pour venir en Europe ?

 

En tout cas, moi, je me suis laissé complètement abuser ! Arrivant du Québec en Août 2003, je ne m’attendais pas à faire face au froid aussi vite à mon arrivée. Août 2003… été caniculaire en Europe qui a vue plusieurs dizaines de morts suite à la chaleur extrême et la sécheresse. La Suisse... sinon de l’altitude et des montagnes, il y a quand même des PALMIERS sur les bords du lac Léman ! Pour moi, un palmier, c’est exotique, c’est synonyme de chaleur, de conditions tropicales. Comment aurais-je pu deviner ce qui m’attendait ? Moi, petite québécoise arrivant à la fin d’un été comme celui là pour m’établir en Suisse, y découvrant des palmiers… je n’avais pas préparé ma garde-robe à des températures particulièrement froides. Je ne pouvais certes pas amener avec moi tous mes vêtements et j’ai dû faire un tri drastique pour n’apporter que le strict minimum.  Du coup, je me suis contentée de vêtements d’été, de quelques vêtements chauds et coupe-vent, mais rien d’extraordinaire non plus. Je me faisais bien envoyer d’autres vêtements pour l’hiver, mais en gros, je n’avais vraiment pas prévu de me geler les burnes que je n’ai pas en arrivant en Suisse !

Et pourtant ! Mes premiers contacts avec le climat Suisse eurent vite fait de me remettre les pendules à l’heure (normal, on est en Suisse !!!:p). Quoi qu’on puisse me donner le quart d’heure vaudois sur ce sujet, puisque que j’ai quand même pas mal tardé avant de me mettre réellement à la recherche de vêtements d’hiver digne de ce nom… et encore, j’ai eu de la peine à trouver !

Québec -Decembre 2005 (455)Mais pourquoi ? Et comment se fait-il que j’ai eu aussi froid alors que le thermomètre indiquait quoi… 12° ? 15° ? Au Québec, en automne, je n’ai jamais eu aussi froid aux os que là et pourtant, à des températures moindres ? Incompréhension totale et dur choc thermique !

Après un bout de temps, j’ai pu en tirer tout de même quelques conclusions, autre que l’habillement pour justifier cette différence de sensation du froid pour les mêmes températures. Je ne suis pas météorologue, alors si quelqu’un a une explication plus scientifique, il ne faut pas hésiter à me dire…

Bien qu’au Québec on ait beaucoup de lacs et de rivières, l’humidité de l’air et le froid, de même que d’autres facteurs que je connais moins, transforment le tout en neige. Du coup, la sensation que l’on a devant, par exemple, un -5° ou un -10° est certes un froid vif, mais aussi, un froid sec. L’humidité semble avoir été « absorbée » par la neige. Du coup, le froid ne s’attaquera qu’aux endroits exposés et aux extrémités. Si on est bien habillé, avec une tuque, un foulard et des mitaines (un bonnet, une écharpe et des gants…), voir même un pantalon de neige, il n’y aura que le visage et les extrémités qui auront froids. Dès que l’on sera à nouveau au chaud, le sang refluant dans les extrémités et le visage nous réchauffera très rapidement, avec une sensation de picotement envahissante. Tout cela, au Québec, nous en avons l’habitude et avons appris à vivre avec et donc, nous nous habillons en conséquences et prévoyons même nos déplacements et activités en fonction des températures, sans nous priver pour autant de faire des sports d’hiver. Simplement, nous privilégions les vêtements chauds et efficaces au « style » et à la mode, bien que l’un n’empêche pas l’autre.

Par contre, en Europe, l’humidité est différente. Cette humidité ne se transforme que rarement en neige,car les températures demeurenttrop élevées pour le permettre. Du coup, on se retrouve avec un froid humide des plus désagréables car il ne se contente pas d’attaquer les parties exposées, mais au contraire, il va pénétrer jusqu’aux os, peu importe les habits que l’on porte. Et même une fois de retour au chaud, on n’a pas cet afflue de sang pour nous réchauffer… on grelotte à l’extérieur et on grelotte encore rendu à l’intérieur, mécanisme Québec -Decembre 2005 (303)naturel pour rétablir et préserver la température interne, mais qui est loin d’être agréable, surtout quand c’est persistant ! Et les vêtements d’hiver que l’on vend ici sont certes très bien pour des températures supérieures à zéro, jolis, pleins de style, très féminins et classe… mais franchement inadéquat dès que le thermostat descend un peu ! Du moins, j'ai dû chercher pas mal pour trouver le bon compromis.

Résultat des courses, ben la petite québécoise que je suis a été bien naïve de croire qu’elle pourrait faire face à l’hiver européen comme si de rien n’était ! Pas de neige ne signifie pas moins froid et ça, je l’ai découvert bien à mes dépends !

Toutefois, il faut rectifier le tir de ces premières impressions, car les dernières années et cet hiver  2009-2010 plus particulièrement, les températures ont été beaucoup plus froides. Du coup, nous avons eu droit, ici, en Europe, à de belles tombées de neige. Etrangement, moi, j’ai eu l'impression d'avoir moins froid et j’ai été plus confortable cette année que les dernières que j’ai passé ici... et ce, bien que les températures aient étés beaucoup plus rigoureuses ! Allez y comprendre quelque chose ! :p

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Mouth 28/03/2010 13:27


C'etait -17 d'abord! :)


Manou 28/03/2010 13:29


...


Le Mouth 28/03/2010 13:21


Il fait frette au Quebec l'hiver bon! glaglamouth!


Manou 28/03/2010 13:25


Bah, c'est clair que si té pas foutu de t''habiller chaudement !!! ;)

... bon, ok, j'avoue que la fois où tu t'es transformé en bonhomme de glace, c'était un peu ma faute, mais comment je pouvais deviner que tu ne supporterais pas le -20 sur les pistes de ski !!!!