Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un Petit Morceau De L'auteur..

  • : Les Aventures Rocambolesques de Manou en Suisse
  • : Quitter son pays natal pour aller vivre ailleurs, découvrir de nouveaux pays, de nouveaux horizons, voilà l'aventure dans laquelle je me suis lancée il y a maintenant 6 ans...
  • Contact

Découvrir Plus En Profondeur..

7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 18:00

Avant même de me plonger dans le récit de son passé, je savais que j’aurai là, un grand pan d’histoire française à découvrir. Deuxième ville de France, il ne faut pas s’attendre à ce qu’il en soit autrement !

Géographie

Lyon bénéficie d’un emplacement géographique des plus stratégiques. Cette ville du sud-est de la France est située au carrefour des routes commerciales du nord et du sud, blottie au confluent du Rhône et de la Saône. Sa position naturelle ne peut faire autrement que d’être favorable à son développement depuis toujours. La ville construite principalement dans la plaine est aussi entourée de montagnes : le massif central lui sourit à l’Ouest, tandis que les Alpes lui font de l’œil à l’est.

Histoire

2004-03-09 au 2004-03-11 Lyon Julie Annie (3)Plusieurs traces de population remontant jusqu’à la préhistoire ont été retrouvées dans la région, et si les signes d’établissement d’un groupe humain remonterait jusqu’au VIème siècle avant notre ère, son histoire connue date plutôt de l’époque romaine, vers -43 AV.J-C. Jusque là, le site aurait été considéré d’avantage comme un lieu sacré, dévoué au dieu Lug chargé du soleil, de la lumière et des métiers. Lug est aussi souvent associé à Mercure, dieu des voyageurs. C’est de là que vient le nom de Lugdunum qui fût donné à la ville. Lorsque les romains envahirent la région, ils furent confrontés aux Allobroges, des tribus gauloises qui occupaient la Savoie et le Dauphiné. Ils fondèrent toutefois la ville de Lugdunum au sommet de la colline de Fourvière.  Celle-ci déborda rapidement de son site premier pour s’étendre sur les collines alentours.  En -27 AV.J-C, sous le règne de l’empereur Auguste, la ville devient capitale des Gaules. De nombreuses voies de commerce sont développées et la ville devient le centre du commerce romain : c’est l’endroit où sont frappés la monnaie et l’or et c’est aussi la ville la plus peuplée de la Gaule après Narbonne. Sa puissance est à la fois politique, économique, militaire et religieuse.

La décadence de l’Empire Romain n’épargne toutefois pas la belle Lugdunum. Celle-ci connaît une série de catastrophes qui la laisse, à la fin du IIIème siècle AP.J-C, seule à faire face aux invasions des barbares. Il faudra attendre le IXème siècle et la montée du christianisme pour redonner un nouveau souffle à la ville. Au XIème siècle, un nouvel élan est donné par l’Église alors que le statut de « siège du Primat des Gaules » lui est octroyé.  Sous sa tutelle, on voit la construction d’abbayes, de monastères, de ponts et de rues prendre de l’ampleur. La ville se fortifie et s’embellie, sans forcément s’agrandir en tant que tel. Si la vie religieuse permet certains développements et une prospérité grandissante, elle en bloque aussi d’autres, tel que l’accès au savoir. Les bibliothèques sont pauvres et aucune université n’est construite pendant cette période où la vie religieuse prédomine sur la ville. Elle fait partie du Saint Empire romain Germanique, tout comme le Royaume de Bourgogne.

2004-03-09 au 2004-03-11 Lyon Julie Annie (17)Pendant la guerre de cent ans, Lyon demeure fidèle aux rois de France et sa position lui permet de devenir le centre des activités françaises avec l’Italie. Elle profite ainsi du développement économique et culturel Italien et obtient les franchises de quatre foires annuelles dès la fin du XVème siècle. Ces foires, tout comme la création de nombreuses banques, permet un développement économique d’importance puisque la ville attire à elle les commerçants de l’Europe toute entière. Lyon se fait connaître dans l’entreprise du textile et plus particulièrement dans celui de la soie et de ses dérivés. Cette exploitation est loin d’être anodine puisque c’est grâce à elle que la ville prendra une telle ampleur et une telle force économique par la suite. Les métiers à tisser et les soieries nécessitent des espaces de travail importants et les bâtiments doivent donc pouvoir répondre à cette demande. Ils nécessitent des salles avec de hauts plafonds et les constructions de cette époque répondent d’une part au besoin de l’industrie, mais permet aussi de faire fleurir les beautés de la renaissance à travers son architecture. Aujourd’hui encore, le vieux Lyon nous transporte à cette époque qui représente sans aucun doute, l’âge d’or de la ville.

Quand on parle de l’industrie de la soie à Lyon, on ne parle pas seulement d’une entreprise qui vit le jour, mais du développement d’une véritable industrie. Le roi de France lui-même favorise Lyon pour le tissage de la soie et avec ces franchises royales, le commerce devient vite fleurissant. Vient alors l’installation des banquiers florentins et d’une élite mondaine attirée par le commerce et la prospérité de la ville. De même, la cour royale de François 1er fréquente assidûment la ville et ce dernier envisage même faire de la ville sa capitale. C’est toutefois un projet auquel il renonce finalement après la mort de son fils, soupçonnant un complot des lyonnais. Malgré tout, avec toute cette splendeur, le développement intellectuel et artistique de la ville la fait bien vite rayonner à travers l’Europe toute entière. Une autre entreprise d’envergure voit aussi le jour à Lyon : l’imprimerie. D’autres entreprises se développent, comme c’est le cas de la métallurgie et de la mécanique.  

2004-03-09 au 2004-03-11 Lyon Julie Annie (7)Si la renaissance est une période faste et productive, la vie des gens simples demeure difficile et bien vite, l’endettement de Lyon devient de plus en plus lourd. Les guerres de religions vont bientôt la déchirer et son visage se transformera peu à peu: de ville commerciale elle deviendra rapidement une ville manufacturière.

Au XVIIIème siècle, deux événements majeurs marquent la cité. Deux inventions qui vont changer la face du monde : le bateau à vapeur et la montgolfière. Lyon, alors première ville ouvrière de France, connaît aussi une période trouble avec la révolution française et notamment, lors de la révolte des Canuts (ouvriers en soie) en 1831. Cette période représente un grand intérêt historique, d’autant plus que Karl Marx lui-même s’est penché sur cette révolte. Ces événements eurent d’ailleurs un grand impact sur cette période, mais bon, je ne me lancerai pas non plus dans le détail de tout ça, parce que sinon, je n’en finirai plus ! 

Malgré la révolution française, dont la révolte des Canuts, la puissance économique et industrielle de la ville reste incontestable. Vers la fin du XIXème siècle, la ville entreprend des travaux d’urbanisme d’envergure, ce qui modifie considérablement le visage de la ville. Désormais, la ville entre dans une phase de prospérité plus discrète composée d’entreprises familiales bien organisées. C’est ainsi qu’elle rentre dans le XXème siècle et s’apprête à faire face à la modernisation et à l’époque contemporaine.

Attraits touristiques

Depuis les théâtres romains de Fourvière aux jolies façades de l’ancienne maison des avocats, en passant par la Basilique Notre-Dame de Fourvière et l’ancien palais de justice, voilà quelques monuments qui ont traversés les âges et qui nous permettent de mieux apprécier la richesse historique de la ville. Comme toujours, la vieille ville est l’un des incontournables à visiter. Le vieux Lyon est d’ailleurs inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. A travers ses ruelles étroites et ses traboules (passages d’une rue à l’autre à travers les couloirs des maisons), on découvre la splendeur passée de la renaissance du XVème et du XVIème siècle : cours intérieures, galeries de style italienne, escaliers à vis, etc.

2004-03-09 au 2004-03-11 Lyon Julie Annie (15)N’ayant pas beaucoup exploré la ville par moi-même, je suis mal placée pour conseiller un itinéraire ou des visites en particulier. Je me rappelle avoir beaucoup aimé la visite des théâtres romains et de la Basilique. Ma balade dans le vieux Lyon demeure un peu floue, mais imprégnée du sentiment d’avoir traversée les âges en déambulant dans ses ruelles. D’après ce que j’ai lu, plusieurs musées peuvent être visités et après mes lectures, je crois que le musée du tissus doit être particulièrement intéressant, vu la place que le textile a occupé dans l’histoire de la ville. Plusieurs autres quartiers méritent sans aucun doute une attention particulière et je crois qu’il y a beaucoup à découvrir à qui se donne la peine de prendre un peu de temps pour le faire. Plusieurs endroits mentionnés sur les sites ont retenus mon attention, mais bon… ne pouvant commenter sur aucun, je préfère m’abstenir de parler de choses que je ne connais pas.

Par contre, on ne peut pas parler de Lyon et passer sous silence une figure emblématique de la ville : Guignol. Né de la révolte des Canuts, alors que l’invention d’un nouveau métier à tisser plus performant mettait les ouvriers au chômage. Son créateur, Laurent Mourguet (1769-1844) était fils de Canut et risquait lui aussi de se retrouver sans emploi, mais il décida de se faire marchand forain et de dresser des satires de l’actualité de l’époque par le biais de sa marionnette. Son succès ne fut pas des moindres puisqu’il se perpétua jusqu’à nos jours. Pour découvrir ce personnage historique, il est possible d’aller voir un théâtre de marionnette ou de visiter le petit musée fantastique de Guignol. Je n’ai assisté à aucune spectacle, mais je me rappelle avoir vu tout pleins de boutiques de la fameuse marionnette et avoir souris devant les multiples emblèmes présents un peu partout. Même si je ne connaissais pas son histoire, ma visite de Lyon a quand même été marquée par la présence de Guignol, ce qui n’est pas peu dire !

Conclusion

Je ne serai pas très originale en disant qu’une fois de plus, prendre connaissance de l’histoire d’une ville nous permet de jeter un regard différent sur celle-ci. Autant certaines villes nous accrochent et nous donnent envie d’en savoir plus à leur sujet, autant d’autres, comme Lyon pour moi, gagnent en intérêt une fois que l’on connaît mieux leur passé. Pour être honnête, je ne ferais pas forcément un détour exprès pour visiter Lyon, mais comme je risque de toute façon d’être appelée à retourner dans cette ville, je profiterai sûrement de cette occasion pour mieux la visiter.

Partager cet article
Repost0

commentaires

philae 30/08/2012 11:04

magnifique article pout une superbe ville