Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un Petit Morceau De L'auteur..

  • : Les Aventures Rocambolesques de Manou en Suisse
  • : Quitter son pays natal pour aller vivre ailleurs, découvrir de nouveaux pays, de nouveaux horizons, voilà l'aventure dans laquelle je me suis lancée il y a maintenant 6 ans...
  • Contact

Découvrir Plus En Profondeur..

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 18:00

 

Ce fût véritablement un coup de cœur que la découverte de cette ville. J’y suis d’ailleurs retourné deux ans plus tard avec mon chéri et la visite fût encore une fois, riche en découvertes.

Géographie

La péninsule ibérique est encerclée d’une part par la mer méditerranée et par l’océan Atlantique de l’autre. Au sud, elle est séparée du Maroc par le détroit de Gibraltar et au nord, de la France par les Pyrénées. La péninsule comprend plusieurs pays, notamment l’Espagne, le Portugal, la principauté d’Andorre, Gibraltar (qui est un territoire britannique située au sud-est de l’Espagne) et Cerdagne, qui est une région naturelle partagée entre l’Espagne et la France.  

Barcelone - mars 2004 (326)La ville de Barcelone, quant à elle, est située sur la côte est de cette péninsule, sur les abords de la méditerranée. Autour d’elle s’étend la Catalogne, province dont la ville est la capitale. Outre son accès à la mer, un profil montagneux se reflète sur la ville par le biais du Montjuïc. Les origines du nom de cette montagne sont un peu brumeuses. D’une part, le site aurait été dédié au dieu Jupiter au temps des romains (Mons Jovis, Monte de Jupiter, Montjuïc) et d’autre part, le site aurait aussi été appelé Mons Judaïco ou Mont Judaic, en mémoire du cimetière juif qui s’y trouvait. D’autres encore parlent d’une famille hébreuse  qui aurait eu une grande influence  et un grand renom au sein de la ville. Bref… plusieurs histoires pour raconter un nom de montagne ! Toujours est-il que ce lieu a été particulièrement mis en valeur comme site pour les jeux olympiques de Barcelone en 1992.

Histoire

Bien avant la fondation de la ville, la péninsule ibérique était peuplée, on s’en doute un peu, par un peuple appelé les ibères. Ensuite vinrent les Carthaginois, puis les celtes et enfin, les romains qui baptisèrent la péninsule « Hispanie », lui donnant en même temps sa culture chrétienne et latine.

L’histoire de Barcelone remonte à environ 4000 ans et c’est l’une des plus vieilles d’Espagne. Selon la légende, ce serait  Hamilcar Barca (le père d’Hannibal) de Carthage, qui aurait fondé le site. Toutefois, cette version a été remise en cause suite à des fouilles récentes. Ce serait en fait l’Empereur Auguste qui aurait fondé la ville et non pas Hannibal.

Barcelone - mars 2004 (177) ParkGüellL’endroit aurait été transformé en camp militaire par les romains. A la chute de l’Empire, ce sont les Wisigoth qui envahirent les lieux vers 411 AP J-C, avant d’en être chassés par les Maures ayant traversé le détroit de Gibraltar, en l’an 711 AP. J-C. Ces derniers prirent possession de la péninsule qu’ils renommèrent Al-Andalus. Si l’occupation des Maures dans la péninsule s’étale sur près de sept siècle, la ville de Barcelone, quant à elle, est reprise par les Carolingiens en 801, transformant ainsi la ville en capitale du comté de Barcelone, avant de l’incorporer à la Marche d’Espagne.

Je me suis souvent interrogée sur cette dénomination de « Marche d’Espagne », sans vraiment en comprendre le sens. Quelle idée d’appeler un territoire « Marche » ? Apparemment, il s’agissait d’une frontière politique et militaire située dans la partie orientale des Pyrénées. Serait-ce dû au but « militaire » de la région, cette dénomination ?  Je ne sais pas, je n’ai toujours pas trouvé la réponse. Enfin bon, il s’agissait donc de comtés dépendants de l’Empire Franc et principalement  dominé par des troupes militaires. Au départ, l’autorité fût confiée à des représentants locaux, mais le goût d’indépendance de ceux-ci n’était pas pour plaire aux monarques carolingiens de l’époque. Ils ne tardèrent donc pas à mettre en place leurs propres comtes francs pour s’assurer une certaine obéissance locale. Malgré tout ça, le besoin d’autonomie des différents comtés de la Marche n’alla pas en s’affaiblissant et l’unité se rompit en 897 AP J-C. Ne restèrent que les comtés de Barcelone, de Vic et de Gérone, formant ainsi les prémices de ce qui devint par la suite, la Catalogne.

En 985 AP J-C, un événement marqua l’histoire de la ville de Barcelone. Le Calife de Cordoue, une ville située dans le sud de la péninsule, attaqua et pilla la cité, emportant avec lui de nombreux esclaves. Le comte de Barcelone alors en place, un certain Borrel II, réclama l’aide de son suzerain Hugues Capet. Celui-ci restant sourd à ces demandes, l’indépendance du comté de Barcelone devint alors un fait officiel. A partir de cet événement, la Catalogne connue alors une phase d’expansion. De nombreux Mozarabes (chrétiens d’origines assimilés à la culture arabe) et juifs fuirent les persécutions de ce fameux Calife et allèrent se réfugier dans les anciens Etats de la Marche d’Espagne. Ce faisant, ils emportèrent avec eux leur culture et leur savoir. En même temps, des paysans, ayant loués leurs services comme mercenaires (toujours pour le même calife), revinrent dans leur province et utilisèrent les technologies apprises pour favoriser la défense de leur terre, la reconstruction, l’irrigation, etc. Tout cela est très paradoxal et je dois avouer avoir un peu de peine à comprendre cette époque, mais toujours est-il que grâce à ce mouvement, la croissance démographique et technique de la région connue une poussée remarquable tout comme les échanges commerciaux.

Cette révolution se propagea jusqu’aux autres Etats de la Marche d’Espagne puis à l’Europe toute entière, par le développement, entre autre, du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle (qui lui, n’a pas grand-chose à voir avec le Calife…). Barcelone devint alors un centre très prisé au niveau culturel et scientifique. Le Pape Sylvestre II fût considéré comme l’homme le plus cultivé de son temps, étudia à Barcelone et apporta sa contribution au domaine scientifique.

Barcelone - mars 2004 (077)Au cours des XIIIe, XIVe et XVe siècles, la ville devint l’une des principales puissances méditerranéenne. Elle était au centre d’un vaste territoire comprenant les autres états de la Marche, différentes possessions maritimes, ainsi que la confédération catalano-aragonaise.

Il faut s’y attendre, après toute phase d’expansion vient une phase de déclin. C’est ce qui arriva à la ville au cours du XVe siècle. L’alliance avec la Castille à travers le mariage de Ferdinand II d'Aragon et d’Isabelle de Castille fût l’un de ces éléments.  Un autre élément, fût la découverte des Amériques qui déplaça les échanges commerciaux vers l’Atlantique. La ville de Barcelone fût dévastée par deux fois, d’abord entre 1640 et 1652 puis lors de la Guerre de Succession en 1706-1714. Tout cela eu pour conséquence la disparition des institutions propres à la Catalogne.

A la fin du XVIIe siècle, c’est la reprise économique qui commence et avec l’industrialisation du XIXe siècle, Barcelone devient un important centre, à la fois politique et culturel.

En 1992, la ville accueilli les Jeux Olympiques d’été, affirmant ainsi son dynamisme, son ouverture et son attrait à la face du monde.

Attraits touristiques

Les attraits de cette ville sont à peu près aussi multiples que les raisons qui peuvent nous y amener ! Qu’il s’agisse de se balader sur les Ramblas, d’aller se prélasser dans le Park Güell, de découvrir la richesse architecturale de la Sagrada Familia ou de faire un saut dans l’un des nombreux musées de la ville, Barcelone réserve au visiteur, des surprises de toutes sortes auxquelles il ne saura rester indifférent.

Lors de mes deux passages dans la ville, j’ai profité des bus touristiques rouges Sightseeing et je dois dire que le prix de la visite valait largement le coût. D’une part, ce bus nous permet de monter er de descendre quand on veut et en plus, on bénéficie d’un commentaire audio des plus intéressants. En passant ainsi dans les rues, on découvre de très nombreux bâtiments aux formes et aux structures inusités. Si beaucoup sont signés "Gaudi", il n'est toutefois pas le seul à avoir laissé son empreinte sur la ville. Pour n'énumérer que quelques uns de ces endroits aux architectures inusitées : la Pedrera, la Casa Bàtllo, la Casa Figueres, le Palau Nacional, l'hospital de Sant Pau (oui, l'hôpital a vraiment une architecture magnifique!), la plaça de la Ciutadella et combien d'autre encore. 

Je ne peux pas détailler tout ce qu’il y a à voir, alors je vais y aller avec mes principaux coups de cœur. D’abord, le Park Güell, un endroit où le génie de Gaudi explose d’une façon tout à fait originale. On découvre ces jardins avec un plaisir et un ravissement tout particulier en se promenant à l’ombre d’un sentier ou encore en se prélassant sur de magnifiques bancs aux mosaïques multicolores. On peut profiter d’une très belle vue sur la ville depuis le parc.

Espagne - Mai 2006 (424)

Barcelone - mars 2004 (228) ParkGüellBarcelone - mars 2004 (180) ParkGüell

Barcelone - mars 2004 (218) ParkGüell

La Sagrada Familia est bien sûr un incontournable. Cette église était destinée à devenir la grande cathédrale de Barcelone et les travaux furent commencé en … 1882 ! Gaudi participa à la réalisation de cette petite merveille de l’architecture, imprimant son style bien particulier dans cette construction. Pour diverses raisons toutefois, l’Eglise est toujours en construction aujourd’hui, ce qui n’empêche nullement la visite d’être des plus intéressantes. On peut louer un audio-guide qui se révèle riche en informations sur l’histoire et l’architecture des lieux.

Barcelone - mars 2004 (084) Sagrada Familia

Il faut aussi aller se balader dans le Barri Gòtic, témoin de la longue histoire de Barcelone. Le quartier fut construit à l’intérieur des vieux remparts romains et on peut admirer les différents courants de l’histoire à travers ses ruelles étroites et labyrinthiques. Quitte à se balader, autant aller faire un tour sur les Ramblas, un autre lieu incontournable de la ville ! Que ce soit pour admirer les artistes de rue, regarder les étals de fleurs ou pour profiter de la terrasse d’un café, c’est un endroit qui palpite de vie et où il fait bon flâner. En partant de la jolie plaça de Catalunya, on se promène gentiment sur les Ramblas jusqu’à ce que ceux-ci nous amènent dans le Port Vell, un autre endroit agréable à découvrir.

Espagne - Mai 2006 (353)

Barcelone - mars 2004 (251) Les Ramblas

Espagne - Mai 2006 (390)

Lors de ma dernière visite, j’ai découvert le Poble Espanyol. Il s’agit d’une sorte de village construit en 1927, à l’occasion de l’Exposition Mondiale de 1929. C’était un projet qui permettait de regrouper les différents styles architecturaux de la géographie espagnole et le tout est, je dois dire, particulièrement réussi.

Il y a bien sûr beaucoup plus à découvrir et le mieux est encore de se doter d’un guide détaillé de la ville ou de faire un saut à l’office du tourisme…

Espagne - Mai 2006 (199)

Conclusion

Bien d’autres lieux mériteraient une attention particulière, mais il y en a tant que je ne saurais pas rendre le plein mérite à chacun d’eux. Je n’ai visité qu’un seul musée lors de mes passages alors qu’il y en a pourtant plusieurs magnifiques à découvrir. La raison est simple, le temps me manquait et la belle température ne m’incitait guère à m’enfermer entre quatre murs alors qu’il y a déjà tant à voir en plein air !

Bref, Barcelone est une ville magnifique à découvrir, pleines de richesse du passée jumelée à une architecture moderne qui ne jure en rien avec son intérêt historique. Quoi dire de plus ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Mouth 15/11/2010 01:51


J'y retournerais bien, a Barcelone. Sur les traces de Gaudi et Miro, une partie que l'on n'a pas eu le temps d'aproffondir a fond la derniere fois!

Article fort interessant sur l'histoire de la ville!


Manou 15/11/2010 10:56



Merci touthut ! ;)


Moi aussi je retournerais bien encore à Barcelone ! Mais y'a tellement de place comme ça que j'ai aimé et que je n'ai pas découvert à fond... Qui sait, si l'Espagne nous appelle, Barcelone sera à
notre porte ! :D